Hommage à M. Paul Girod
 


Film réalisé à l'occasion des 30 ans de l'association
 

Le Haut Comité Français pour la Défense Civile (HCFDC) est devenu en 2018 le Haut Comité Français pour la Résilience Nationale (HCFRN)
Nos hommages à Paul Girod ...
 
Hommage du Président, M. Jean-Marie Le Guen, à M. Paul Girod

J'ai appris avec une profonde tristesse le décès de Paul Girod que j'avais notamment accompagné aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour comparer nos modèles de sécurité et de protection des populations.

Il me laisse le souvenir d'un homme passionné et engagé, et je suis honoré d'avoir pris dans sa lignée la présidence du Haut comité.

Il restera un modèle pour tous.

M. Jean-Marie Le Guen

Hommage de M. Jean-Yves Cousin, à M. Paul Girod

J’ai appris avec tristesse le décès de Paul Girod.
J’ai aimé sa simplicité et la force de ses convictions. 
Je veux saluer son engagement et sa détermination. 
Je salue son engagement sur un sujet qui n’apparaissait pas comme essentiel aux yeux de beaucoup de responsables : la sécurité et la défense civile. 
J’étais parlementaire et notre rencontre au sein du Haut comité m’a ouvert les yeux sur les  sujets majeurs traités par le HCFDC. 
Je salue également sa détermination car il avait le sens des réalités et il a su maintenir le cap.
Je rends hommage au précurseur et au visionnaire qu’il fut.

M. Jean-Yves Cousin
Ancien Député Maire et Président du HCFDC

Hommage de M. Jean-René Lecerf, à M. Paul Girod (Source Twitter)

J’exprime mon admiration et ma reconnaissance à Paul Girod, grand parlementaire et grand spécialiste de La Défense civile. Au Sénat il fut un modèle et un conseiller pour bon nombre de ses collègues.
C’est à sa demande que je lui avais succédé à la présidence du Haut Comité.

M. Jean-René Lecerf

Hommage du Général Etienne Copel, à M. Paul Girod

Succéder à une figure historique, n’est jamais facile ! Quand Paul Girod a bien voulu prendre la tête du Haut Comité Français pour la Défense civile à la suite de Maurice Schumann la tâche était immense et les risques non négligeables : pas d’argent, pas de structure définie, pas de collaborateurs vraiment compétents.

Heureusement, si le porte-parole du général de Gaulle à Londres avait une vision, son successeur avait un sens terrien de l’action. Paul Girod pensait comme il était : simple et tranquille. Souriant mais déterminé, il faisait face aux problèmes jusqu’à leur solution. 

Maurice Schumann a créé le Haut Comité, Paul Girod lui a apporté la vie. Grâce à lui son équipe est devenue efficace. Grâce à lui les gouvernements successifs ont pris progressivement conscience du fait que la Défense d’un pays n’est pas seulement militaire. Elle est aussi économique et civile.

Est-ce grâce au président Girod que le ministère de la Défense porte maintenant son vrai nom de ministère des armées? Peut-être. En tout cas, ce serait logique, tant Paul Girod a lutté pour que les « choses » soient claires, pour que chacun travaille à sa place honnêtement, paisiblement, au service de la France.

Général Etienne Copel

Hommage de M. Christian Sommade, délégué général du HCFRN à M. Paul Girod

C’est Paul Girod qui sur les conseils du Général Etienne Copel m’a proposé de prendre en charge la gestion exécutive du Haut comité français pour la défense civile (HCFDC). Il m’avait reçu dans son très beau bureau de vice-président du Sénat en 1998, quelques mois après le décès de Maurice Schumann.

Je lui avais à l’époque proposé un Haut comité renouvelé, plus centré sur les menaces émergentes et plus actif aux plans technique et opérationnel. Il l’avait accepté et m’a toujours soutenu, même dans les moments délicats, comme par exemple lorsqu’il avait fallu mettre un terme aux activités des Hauts comités régionaux, qui avaient chacun leur propre agenda ce qui rendait illisible l’image du HCFDC d’alors et se révélait parfois politiquement dangereux.

Paul Girod était engagé dans les dossiers de fonds en matière de défense civile et il a poussé à l’action certaines administrations avec parfois des succès, mais aussi des insatisfactions de ne pas aller assez vite et assez loin.

L’action du HCFDC a été importante, avec les analyses du Gal(cr) Copel pour une meilleure prise en compte des risques technologiques et NRBC, et plus généralement de la réponse aux actes terroristes, notamment après le 11-9-2001 (période des colloques sur ces thèmes et du pôle de Cambrai 2001-2007). Il a aussi commis un très pertinent rapport en 2010 à l’attention du Président de la République Nicolas Sarkozy sur les failles de la gestion de crise en France, failles dont certaines sont toujours d’actualité et que la crise COVID a récemment confirmées.

Il a été sur le terrain tant en France qu’à l’étranger (USA, Royaume-Uni entre autres) avec le HCFDC mais aussi avec des collègues parlementaires pour observer et ramener des expériences et propositions pour la France. Nous avions visité ensemble le PC (poste de commandement) de crise de la ville de New York au World Trade Center un an avant que celui-ci ne s’effondre le 11 septembre … Il a fait d’ailleurs partie de la délégation présidentielle qui s’est rendue à New York juste après le 11 septembre.

Paul Girod était concret, déterminé, et un grand humaniste. Le travail avec lui a toujours été efficace, agréable et je garde un souvenir ému de ces plus de 10 années de collaboration. Même dans les moments délicats où l’association était assez désargentée, il a tenu, pris des risques, accepté des idées nouvelles. Malgré son âge et son expérience il a, pour moi, toujours été jeune, plein d’énergie, avec un sens inné de l’intérêt général, du débat, du concret, et il a toujours fait preuve d’une grande confiance en ses collaborateurs et collaboratrices.

Paul Girod nous manquera. Par sa volonté d’une sécurité civile plus proche du citoyen et des élus de terrain, sa détermination à faire débattre toutes les parties prenantes, à mettre sur la place publique des débats d’experts, Paul Girod a porté le Haut Comité pour en faire le lieu de débat des questions, de plus en plus actuelles, sur les grands risques, les menaces émergentes et sur la protection du citoyen. Il l’a porté au travers de sa vision humaniste et démocrate, qui s’inscrit bien évidemment dans une vie publique très riche, au service de tous. Nous ne pouvons que le remercier pour ces actions, et en garder un souvenir profond.

M. Christian Sommade
Présentation de l'association - vidéo réalisée en 2007